À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

“You know bitches envy me Cause you won’t get rid of me When you cum, I run This cat got you missin’ me Bad Boys get a mouth full of pussy aka Listerine”

25 Juin “You know bitches envy me Cause you won’t get rid of me When you cum, I run This cat got you missin’ me Bad Boys get a mouth full of pussy aka Listerine”

Je suis une femme entière, et donc complexe. Je déteste la vulgarité tout en trouvant que cela a le charme du naturel. J’adore les remarques graveleuses, mais selon de qui elles viennent je peux me montrer très froide et afficher mon mépris pour ces petites bassesses. Les p’tites blagues de cul me font rire. Les petits clins d’oeil vicieux aussi (les clins d’oeil métaphoriques).

Donc à la fois je trouve ça bas et puéril, je déteste le sexisme, la misogynie et la misandrie. Je sais faire la différence entre le sexisme et la sexualité. Mais ça me fait rire selon qui fait la blague voire je peux aller fort loin dans la vulgarité et je peux déployer des trésors d’ingéniosité en matière de blagues et jeux de mots de cul. Ça fait de moi quelqu’une de complexe (ou de relou selon votre vocabulaire) et de très naturelle.

Je voue un véritable intérêt à la limite du scientifique, mais bien plus idéaliste et sociologique, du plaisir et du corps féminin, aussi, cette petite blagounette mignonnette et un poil (huhu) salace m’a bien fait rire. Tout, depuis le nom de la marque, en passant par la simplicité des culottes ornées de cette petite chatte (ça va, faites pas vos prudes) m’a séduite. Je ne suis pas une grande fan du côté très kitsch et enfantin des dessins et autres motifs sur les sous-vêtements. Je veux dire, j’adore dans le virtuel et sur les autres, mais pas dans ma boîte à culotte (qui est en fait une valise vintage, oui). Pourtant, pendant ma grossesse, j’ai fait une razzia de boxer Disney en coton sur Topshop. Bref on s’en fout et je digresse dangereusement. Toute la symbolique et le champ lexical de cette marque m’ont plu. Lick, chat, culotte, intimité, lingerie, starter, chatte, etc…

Ils ont aussi sorti une collection avec une fleur sur le pubis. Là aussi, y’a de quoi s’éclater en terme de vannes et autres phrases orientées. Et quand je dis s’éclater…

Je suis faible je vous ai dit. Je suis le genre de fille à faire un clin d’oeil quand je dis “oui enfin là tu m’tends une perche”. Ou à sourire malicieusement devant n’importe quelle phrase contenant le mot “chatte”. Ouais. Pas ma faute.

Des petites culottes bien léchées pour 15€

Photographie de Une: Lickstarter

Musique

Tags:
Commentaires fermés.

Laisser un commentaire