À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

Un ciel sans nuages, opaque et blanc comme un couvercle.

15 Sep Un ciel sans nuages, opaque et blanc comme un couvercle.

J’arrive avec quelques nouvelles, fraîches. Très fraîches même puisque ici le thermomètre n’indique pas au-dessus de 14°.

Et voilà, je parle de la météo pour meubler, c’est bien triste.

Concrètement, Flers est une ville pauvre, dans un département à la démographie très faible, enclavée dans les terres, le temps y est gris et on m’a prédit l’hiver d’Octobre à Avril. Alors qu’on ne se trompe pas, j’adore l’Hiver, oui, je l’adore. Je préfère m’emmitouffler et me courvir de couches diverses que de mourir de chaud, l’été, même nue et ne pas pouvoir faire mieux que de rester à poil. Voyez comme j’ai subtilement dévié du sujet météo vers le sujet “tout le monde à poil”. Brefons. De fait, cette tenue est à peu près au diapason de l’environnement des derniers jours. De plus, par ici, tout est granit, très minéral, déjà, dans l’architecture, ça n’aide pas beaucoup au contraste du décor. Pourtant. Pourtant j’aime autant les tons de gris que j’aime l’Hiver. Il n’y a pas un gris, il y’a des gris, et je les re-découvre un à un depuis que je suis ici.

Le ciel est tout gris. Je trouve ça plutôt beau. Le ton de perle du ciel n’a pas le même charme que lorsqu’il est cyan mais  je le trouve apaisant. Il est bas, lourd mais aérien, épais. Il me ferait une couronne de nuages, tout autour de la tête. Les verseaux sont des êtres d’air. Incompréhensible, verseau, verse-eau. Nous devrions être des êtres de l’eau, des profondeurs troubles et noires. Mais non, les verseaux sont des êtres d’air, légers, diaphanes, presque immatériels. Des êtres du ciel en fait.

J’aime lorsque le ciel est gris foncé, qu’il se charge de nuages noirs, qu’il se gorge d’eau et qu’il lâche tout, à torrents, sur nos têtes. Quand les êtres d’eau et d‘air se mêlent, et que la foudre frappe invitant le feu à la fête. Elle fend les arbres, heurtant la terre. Alors tu vois, pendant l’orage les quatre éléments se réunissent. C’est une grande fête à laquelle nous ne sommes conviés qu’en spectateurs. La musique frappe, roule, le tempo est lent, long, il s’accélère. C’est pourquoi je préfère quand le ciel a ce ton nacré, je m’attends à chaque fois, j’espère, à ce qu’il entre dans une danse folle et sombre, qu’il se perde et lance les festivités.

Le ciel bleu est si passif, prisonnier de son soleil.

Chemise ASOS – Pull Volcom – Pantalon Topshop – Kickers et sac vintage.

Photographie de Une: Détails

Musique

 

1Comment
  • Poppy
    Posté à 16:58h, 15 septembre Répondre

    J’crois qu’t’es faite pour vivre dans le Nord en fait haha
    Sinon ootd de fifou, gros coeur sur ton pantalon

Laisser un commentaire