À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

“Sir, when a man is tired of London, he is tired of life; for there is in London all that life can afford.” Samuel Johnson

10 Juin “Sir, when a man is tired of London, he is tired of life; for there is in London all that life can afford.” Samuel Johnson

Hello! (je trouve ça très démodé hello, mais je trouve “hi” trop américain, “salut” trop quadragénaire et “bonjour” très formel).

Pas de look aujourd’hui mais une petite sélection coup de coeur que j’ai eu récemment sur une marque londonienne. D’ordinaire je n’aime vraiment pas le racollage commercial sur instagram, mais pour une fois il a été judicieusement orienté car je suis tombée en admiration sur la collection proposée par Temperley London par le biais de la Aura dress.

Il y a la part de moi profondément “fifille” (comme dit mon fils quand il veut dire “fini”) qui s’enthousiasme à la vue de ces pastels, de ces dentelles, de la broderie, des motifs vifs et colorés. L’univers de Temperley, à tout le moins sur cette collection, est d’une luxuriante poésie. Pourtant, je n’aime pas trop, d’ordinaire, la profusion de couleurs, de tons et de motifs, sans doute pour ça que j’ai évincé Desigual de mon univers textile depuis longtemps (attention à ce que tu écris, tu changes d’avis comme de slip ma chère).

Alors, qu’on se le dise, Temperley n’est pas pour toutes les bourses, d’ailleurs à ce prix-là on peut généralement s’offrir un coffre fort à la banque, mais quand je rêvasse, quand je me sens exaltée, je ne regarde pas le prix, je regarde la coupe, le tombé, les idées, l’inspiration. Les produits que Temperley propose ne sont pas ceux du quotidien, à moins que votre quotidien soit riche de soirées clinquantes ou que vous aimiez tout particulièrement faire votre ménage dans une robe à 2000£. Temperley fait rêver aussi par l’inaccessibilité des occasions. Quand porter de telles tenues? Comment fait-on? On mixe avec es pièces plus ordinaires et plus sobres et ainsi on se démarque clairement. Je suis mauvaise langue en fait car certaines pièces peuvent clairement faire le quotidien d’une rédactrice mode haha. J’ai failli mettre un smiley *wink-wink*. Ce n’est pas pour rien que l’on retrouve trois catégories sur leur site: daywear, eveningwear et wedding season. C’est marrant, leur daywear je verrais quand même vachement bien ça en wedding season et leur eveningwear en bal-de-promo-kitschoss. Je suis nulle en mode.

Je ne sais pas vraiment comment définir mes inspirations, ce que j’aime, je réalise combien de très tranchée j’étais il y’a quelques anées je suis passée à radicalement ouverte aux univers divers. Comment puis-je à la fois être scotchée devant Demobaza, Free People, Temperley et Toxic Vision? Une affaire d’histoires j’imagine, Temperley ne me raconte pas les mêmes histoires que Demobaza. Avec l’une je lis un roman de Sophie Kinsella, avec l’autre du Enki Bilal. Bwef.

Photographie de Une: Via l’instagram de Temperley que je recommande pour la beauté des clichés.

Musique

Tags:
3 Comments
  • Poppy
    Posté à 14:15h, 11 juin Répondre

    Temperleeeeeeey <3 Je sais pas si tu connais, mais va checker Manish Arora, Chotronette et Mihano Momosa 😉

    • Instable Mona-Lena
      Instable Mona-Lena
      Posté à 11:37h, 12 juin Répondre

      Là on dirait des noms de plats exotiques par contre… (je vais voir!)

      • Poppy
        Posté à 15:06h, 12 juin Répondre

        C’est parce que leur créateurs le son hahaha

Laisser un commentaire