À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

Scarlett Johansson – Hégémonie des rôles de meufs badass(es). Iels sont #3

05 Avr Scarlett Johansson – Hégémonie des rôles de meufs badass(es). Iels sont #3

Je n’ai pas l’habitude d’écrire, ou en tout cas de partager, sur ce que je n’aime pas. Et encore moins sur qui je n’aime pas.

Il y’a des acteurs, des actrices, des comédiens ou comédiennes que l’on apprécie pour leur talent, leur silhouette, leur aura, leurs convictions leur verve, leurs choix ou simplement leur style.  Pour ma part j’aime un peu tout ça mais j’apprécie encore plus les acteurs qui font de véritables performances qui sortent du carcan confortable du rôle flatteur. J’ai beaucoup de mal avec les acteurs/trices qui n’acceptent que des rôles qui les mettent en valeur. Prenons par exemple…Scarlett Johansson!

Alors ça n’a pas grand chose avec son physique, certains se pament devant elle et ce qu’ils appellent le sex-appeal, pour ma part je la trouve assez grossière et banale, c’est vraiment les rôles qui lui sont proposés, systématiquement qui m’agacent. À côté de ça, je reconnais sans la moindre diffidulté qu’il s’agit d’une femme qui, lorsqu’elle ouvre la bouche, est capable de véhiculer des idées extrêmement intéressantes et qui fait preuve de pertinence et de progressisme.

Prenons sa filmographie: déjà, l’omniprésence sur les écrans de certains acteurs/trices m’énerve. Dans la même année quand sur dix bons gros films sortis il y’a grosso merdo le même casting sur quatre d’entres eux je suis hyper saoûlée, même s’ils sont bons. Au-delà de la performance, j’apprécie de voir de nouveaux visages, des acteurs inconnus, qui peut-être s’imposeront comme des pointures du jeu par la suite. Alors lorsque je vois que, pour citer les dernières années, Scarlett Johansson tourne dans trois ou quatre films par ans, ça m’agace de la voir partout. Enfin, ça c’est mineur, j’ai envie dire, elle fait son taff quoi.

Non, vraiment ce qui m’agace c’est la non-prise de risque d’une certaine caste du monde d’Hollywood. Le rôle permanent de la femme super badass, c’est à dire, sexy sans être vulgaire, intelligente, douée pour se battre physiquement, maîtrisant toutes les technologies, au physique hyper normé (gros seins, hanches, épilée, lèvres pulpeuses), invulnérable, ultra-indépendante, à jamais célibataire. En fait je n’aime pas ce rôle de la femme qui se veut parfaite, parce qu’il ne représente personne. Et il m’agace tout autant du côté des hommes, mais faut dire que les rôles masculins, souvent, j’en ai rien à faire. My bad.

Elle joue bien, pas de doute là-dessus, mais elle n’a jamais pris le risque de devoir faire un effort de jeu pour rendre un personnage efficace tout en devant compter sur autre chose que sa plastique et sa badasserie. À part dans Her, où elle donne vie à une personne qui n’existe qu’à travers une série d’algorithmes. Oui, excellente. De toute façon je ne vais pas lister les films dans lesquels elle s’est distinguée. C’est juste une râlerie, de passage, comme ça. Un peu, peut-être à cause de Ghost in the shell….

J’ai un grand respect pour la prise de risque. Je ne dis pas qu’il faut forcément s’enlaidir ou jouer le rôle d’une personne que l’on va forcément détester, mais c’est plus difficile à mon sens que de taper au coeur des pulsions. J’adore Heath Ledger et Jake Gyllenhaal pour la prise de risque dont ils ont fait preuve en jouant dans Brokeback Mountain. Oui, jouer ces rôles d’hommes qui entretiennent des rapports homosexuels (le sont-ils du coup?) est plus risqué que de jouer le rôle d’Hitler ou de Madame Doubtfire. J’ai aimé la prise de risque de Jack Gleeson pour jouer Joffrey. J’ai aussi adoré voir une femme comme Charlize Theron mettre à profit tout son talent et l’intelligence de son jeu pour interpréter Aileen Wuornos dans Monster. Je pense aussi à Charlotte Gainsbourg qui, je trouve, a pris un risque avec l’interprétation de Joe. Je ne fais pas l’apologie de la prise de risque niveau santé, comme a pu le faire Christian Bale, mais pour autant je dois dire que je respecte beaucoup cet acteur notamment pour sa prestation franchement compliquée à définir dans The Machinist.

Scarlett elle a toujours été une femme fatale, le Dhalia noir, la veuve noire, Major Motoko Kusanagi, Cristina, Lucy et j’en passe. Je ne lui reproche pas le choix de ses rôles, elle les a bien interpretés, elle a surfé entre les blockbusters et les films indépendants. Mais voilà, j’aimerais voir Scarlett Johansson se mettre en danger et choisir un rôle qui m’inspire (je suis pas vache j’avoue ma subjectivité), parce que quand je vois ce que dégage Julianne Moore et les rôles qu’elle a choisi, je suis scotchée. C’est ce que j’aime voir au cinéma, des rôles qui m’ont l’air “réalistes”. Parce que je cherche souvent la réalité dans la fiction. C’est pour ça. Et si l’actrice est réelle, les personnages, font un tout soi-disant trop désirable pour l’être. Je suis à fond pour le girl-power, et je suis rassurée de voir enfin des rôles féminins qui tirent toute la couverture à eux car cela leur est dû, le travail est là. Je suis pour une plus grande visibilité de rôles féminins qui ne sont pas dépréciatifs de l’image de la femme, vraiment. Mais pas que Scarlett s’il vous plaît.

Je vais réfléchir et trouver d’autres acteurs sur qui râler. Je reviens.

badass, badass, sexy, badass

(Mila Jovovich)

Bisous

Photographie de Une: Major Motoko Kusanagi.

Musique

Tags:
2 Comments
  • Poppy
    Posté à 10:07h, 06 avril Répondre

    MERCI. J’ai l’impression que mon opinion impopulaire est un peu moins impopulaire

Laisser un commentaire