À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

Love stories –> girls – I’d rather have a life story.

23 Juil Love stories –> girls – I’d rather have a life story.

Deux choses aujourd’hui: on va parler soutif et cheveux.
Comme je vous l’ai déjà raconté sur instagram, j’ai récemment fait l’acquisiton de deux ensembles de lingerie. Cela faisait environ deux ans que je n’avais pas acheté d’ensemble qui soit joli, et d’ailleurs je ne portais même pas le Maison Close de 2015, restant donc sur ma lingerie somme toute très vilaine de ma période grossesse. C’est sympa les boxers Princesses Disney, c’est super comfort mais les miennes ont tourné zombies depuis longtemps.


Récemment j’ai eu le droit à un petit discours pro-soutif de la part de ma mère. Bon je l’ai rassurée en lui disant que je veillais au travail à ce que mes t-shirts ne laissent pas suggérer mes tétons, c’est sans doute pour cela que je porte souvent des pulls. Je considère pour ma part que la poitrine est naturelle et que si la mienne, non-soutenue et non arrondie par un soutien-gorge coqué gêne, ce n’est pas mon problème (je ne demande à personne de s’habiller de telle sorte à ne pas m’incommoder). Je ne demande pas aux hommes de cesser de s’asseoir de telle façon que leur sexe est complètement moulé par leur pantalon ou aux femmes de cesser de porter des jean’s moulants qui soulignent la forme de leurs fesses. Globalement, on sait ce qui se planque sous des fringues, y’a pas de quoi en faire un fromage. Après si vous regardez les gens dans la bite ou dans les seins au lieux de dans les yeux quand vous leur parlez, faut consulter. Bref. J’ai principalement cessé de porter des soutien-gorges car je n’en ai toujours eu que des inconfortables. Ça fait trois ans que je n’en porte presque plus du tout et je vais très bien, ma poitrine, minuscule, aussi d’ailleurs. Je détestais devoir remonter mes bretelles quand elles se détendaient, ne pas pouvoir m’adosser comme je le voulais à cause des agraffes contre la colonne, devoir le rebaisser ou le remonter tout au long de la journée, avoir des marques de toutes sortes sur la peau lorsque je l’enlevais. Bref, c’était pour moi aussi contraignant et désagréable que le corset le fût pour d’autres à une époque. J’ai toutefois franchi le pas de m’en procurer de nouveaux, autant dans le but de donner un coup de jeune à ma garde-robe lingerie (quand j’ouvre ma valise à sous-vêtements, des fois, je pense à la série Room Raiders, et je me marre) que de parer à certaines journées ou situations où je pourrais avoir besoin d’en porter un. J’en ai un à l’instant où je vous parle et si je le sens effectivement, il n’est pas inconfortable pour autant. Alors les personnes pros des soutifs me diront qu’un bon soutien-gorge, s’il est bien choisis, s’oublie. Mouais. Quand on voit la pluralité des morphologies en terme de seins, je pense que tous les soutifs devraient être sur-mesure. Mais bon, si ça coûte un bras de ranger des seins, non merci.
L’ensemble ici vient de la marque Love Stories. J’ai longuement hésité entre divers ensembles mais je trouvais celui-ci très fin et un poil enfantin. Il est incroyablement doux à porter et épouse tout à fait la forme de mes seins sans les compresser, les comprimer, les laisser tomber ou me les remonter. En gros, il ne sert à rien, mais il est joli.

Je souhaitais aussi vous parler du dernier soin maison que j’ai fait en adaptant une recette partagée par Edelweiss: le soin au lait de riz. Il semblerait qu’outre des pré-dispositions génétiques rendant leurs cheveux beaux, forts, solides et brillants, les asiatiques soient paratiquants du soin au lait de riz, que ce soit pour la peau comme les cheveux. J’ai donc souhaité tenter l’expérience, en me disant que compte tenu de l’état général de mes cheveux, rien ne pouvait les abîmer davantage. En plus, j’imagine mal comment le riz en lui-même aurait pu me les flinguer. C’est assez inoffensif le riz. J’ai donc mis 4 poignées de riz bio à tremper dans de l’eau froide pendant une dizaine d’heures. J’ai gardé l’eau de côté pour me rincer les cheveux à la fin du soin. J’ai récupéré le riz et je l’ai fait cuire/bouillir pendant une dizaine de minutes avant d’éteindre le tout et de le laisser mariner dans son eau de cuisson pendant environ cinq heures. Ensuite j’ai mixé le tout, j’ai filtré les derniers morceaux de riz qui ensemble faisaient comme une pâte. J’ai gardé tout le jus/l’eau de riz que j’ai mis dans un vaporisateur et j’ai mélangé la mixture avec deux cuillères à soupe d’huile de ricin, deux cuillères à café de phytokératine et une petite cuillère de poudre d’orange. Je me suis étalé le tout sur la tête, au plus près du cuir chevelu mais aussi sur les longueurs et les pointes. J’ai essayé de bien répartir partout, puis je me suis attaché le tout avec une serviette chaude pour couvrir la tête. J’ai gardé ça pendant trois heures, le temps que l’on se décide à regarder Colossal, puis je suis allée tout nettoyer. J’ai utilisé comme dernier rinçage l’eau de trempette, j’ai essoré doucement mes cheveux (enfin, doucement, on se comprend), et je suis allée me coucher sans rien faire de plus. L’amidon sur mes cheveux mouillés rendaient un démêlage impossible.
Le lendemain matin, une fois mes cheveux secs, comment dire?… Tu vois la soie? Ils étaient incroyablement doux jusqu’au milieu des longueurs. En-deçà c’est juste pas possible de toute façon c’est du raffia, même du riz nourri au lait d’amande pourrait pas arranger ça. En tout cas mes cheveux étaient très doux et une fois démêlés, super agréables à toucher, avec de beaux reflets brillants. Je me suis aspergé les cheveux du lait de cuisson avec de la phytokératine et je les ai trouvé jolis et doux toute la journée. Je vais continuer de vaporiser quotidiennement mes cheveux avec le lait de riz et je vous dirai ce que ça donne sur le long terme. Si mes cheveux tombent ou mon crâne fond, je ferai un édit. Quand même.


Photographie de Une: On fait comme on peut hein ma p’tite dame.
Musique

Tags:
,
2 Comments

Laisser un commentaire