À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

L’insupportable prosélytisme des végétariens

23 Fév L’insupportable prosélytisme des végétariens

Bienvenue dans ma tête et ma colère!

Je vous en prie, asseyez-vous. Un verre? Quelque chose à boire? À manger? Non… Tu m’étonnes, je vais te couper l’appétit tellement je suis en rogne. Encore une fois, je parle en mon nom seulement, il ne s’agit que de ma subjectivité, qui s’appuie sur des recherches et des articles glanés ça et là.

Qu’on se le dise, depuis le 1er Janvier 2016 je suis un mode alimentaire nouveau pour moi: je ne mange plus ni de viande ni de poisson. Je mangeais peu de viande avant, mais je n’imaginais pas me faire des pâtes aux oignons frits sans un peu de lardons dans ma crème fraîche. J’étais une grosse consommatrice de sushis et de poissons/fruits de mer en tous genres. D’ailleurs, les produits de la mer me manquent cruellement et je ne garantis pas de m’en passer ad vitam eternam. J’ai des antécédents de TCA (anorexie) et manger est devenu un authentique plaisir pour moi, si des névroses alimentaires repointent le bout de leur nez, pour mon bien-être je retournerai à la poissonnerie sans une once de remord.

Pourquoi je suis un régime végétarien?

  • Je pense que nous sommes en perpétuel gaspillage nutritif. Vu mon style de vie, je n’ai pas besoin d’autant de protéines animales et si je peux les trouver dans les oeufs ou le lait, soit. Accessoirement, je suis plus branchée légumes que le reste.
  • Je suis en profond désaccord avec le fait que des animaux soient produits dans le seul et unique but d’être tués pour être mangés. Et je ne parle même pas de la façon ignoble dont ils sont tués. C’est à dire que si on ne mangeait que de la bête “morte de vieillesse” ça ne me gênerait pas du tout.
  • Par curiosité, j’avais envie d’essayer le régime végétarien.
  • Si j’avais les moyens de ne manger, comme viande, que du gibier je le ferais. C’est à dire que je trouve la chasse (si elle respecte la loi, les quotas) bien plus éthique que les abattoirs. Disons que je préfère manger du bon lapin qui a gambadé toute sa vie dans la plaine que de la bête de cage. La chair et le goût sont vraiment différents.
  • Accessoirement, on mange de la viande malade et je ne vois pas comment je peux aller bien, moi, en bouffant de la viande d’aussi mauvaise qualité, bourrée de je-ne-sais-pas-quoi. Et ça, ça m’embête bien plus que la façon qu’ont les bestioles de mourir.

Je pense qu’il y’a beaucoup de bonnes raisons de devenir végétarien. Des raisons, éthiques principalement, et elles sont honorables. En revanche, dans le monde végétarien il y’a une catégorie de personnes qui m’insupportent: les végé eux-mêmes.

Je ne supporte pas leur affreux prosélytisme. J’vais vous dire les gars, c’est pas parce que moi je porte des jupes que je demande à tout le monde de faire pareil ou que je culpabilise ceux qui ne le font pas. C’est pas parce que je ne fume pas que je demande à tout le monde d’arrêter, tant que tu ne fumes pas près de moi ou de mon fils, ça me va. Le problème c’est que sous couvert de vouloir protéger les animaux, les végétariens deviennent odieux, insultants et insupportables auprès des autres. Pire: ils ne donnent pas du tout envie de devenir végé, on dirait de gros sectaires. C’est pas parce qu’on fait UN choix perso qu’on doit emmerder les autres pour qu’ils en fassent de même. Moi je cuisine du porc et du poisson pour mon fils, et mon bonhomme, je ne vais pas les empêcher de manger ce qu’ils veulent sous prétexte que j’aime autre chose. D’ailleurs, pourquoi les végétariens veulent-ils forcément convertir tout le monde à leur régime? Ils sont convaincus qu’ils ont raison, exactement de la même façon que les religieux sont convaincus de détenir la vérité et veulent convertir les athées/agnostiques/autres croyants à leur religion. À partir de ce simple constat-là, lorsqu’un carniste vous dira “laisse-moi manger ma viande en paix, je ne t’empêche pas de manger ton tofu”, il a raison. Exactement comme il pourrait répondre “laisse-moi ne pas prier, je ne t’empêche pas de prier toi”. À quel moment assumez-vous de montrer si peu de respect pour une personne que vous vous sentez une mission, un devoir, de la gêner et de lui prouver que VOUS vivez sainement et moralement. Peut-être que cette personne est profondément écologiste, à côté de son régime alimentaire, et qu’elle a envie de crever les pneus de votre voiture car vous polluez son air, son oxygène en allant au travail en voiture et non à vélo, comme elle. On peut aller loin, très loin.

Nice_to_meat_you_by_MacGreen

J’ai envie de demander aux végés s’ils font aussi attention aux enfants qui se font taper sur la gueule par leurs parents et qui habitent de l’autre côté du palier. Est-ce que tous les végés à la morale irréprochable viennent en aide aux personnes victimes de violences conjugales? Ou s’ils vont aider les sans-abris dans la rue et leur fournir des repas gratuits (leur vie en plein hiver peut dépendre des couvertures que tu lui as apporté ou du samu social que tu as appelé, alors t’es responsable d’eux comme des veaux tués à l’abattoir). On se juge tous les uns les autres et bien je vais être honnête, je suis très mal à l’aise avec les personnes qui font davantage attention aux animaux qu’aux êtres humains. Je me dis “merde, un jour, s’il m’arrive une tuile en voiture avec mon fils et mon chien, ce mec va sauver mon chien en premier”. Ça, ça fait peur. Vraiment beaucoup. Heureusement, je n’ai pas de chien.

Apparemment, les végétariens aiment souvent les animaux. Moi aussi, j’adore les animaux, c’est pour ça que je les laisse à leur place d’animaux: dans la nature, quelque part, loin de moi, sans contact entre nous. Pour ma part, et c’est très personnel, je ne vois pas en quoi c’est respecter et aimer les animaux que de les domestiquer et de les faire vivre dans des maisons (bordel de merde). Bref. J’suis jamais allée au cirque et depuis que j’ai l’âge de comprendre ce qu’est une cage, je ne vais pas au zoo. Voilà comment je manifeste mon amour des animaux. Pourtant j’ai grandi entourée de chats. Qui vivaient dehors, dans la campagne, totalement libres d’aller et de venir selon leur guise. Et ma meilleure amie monte à cheval. Et mon père travaille avec des chevaux. Et mon amoureux veut à tout prix un satané chien.

vegetarian-conversion

En fait, je trouve que les végétariens seraient vachement plus intéressants s’ils arrêtaient de juger perpétuelement les carnistes et s’ils leur proposaient plutôt gentiment de goûter leurs plats végétariens parfois. Tu vois, moi, si tu veux me convertir à l’Islam car ma vie sera plus pure avec ça, y’a plus de chance que j’y vienne si tu ne me fais pas peur ou passer pour un monstre. Exemple de merde, je te l’accorde. Si tu veux me convertir au sport, ce n’est pas en me traitant de grosse vache qui ne bouge jamais son gros cul et qui va creuser le trou de la sécu plus tard avec son fauteuil roulant, que je vais y venir. Il vaut mieux que tu te proposes gentiment, de temps en temps, de m’accompagner à la piscine ou que tu m’invites à venir faire du vélo avec toi. En gros, vous voulez que les gens autour de vous deviennent végétariens? Ok, mais faites-le de manière stratégique au lieu d’être insultants. Et attendez-vous à ce qu’ils n’en aient rien à foutre de tuer des bestioles pour pouvoir les manger. Tu vois moi je lutte pour l’égalité des hommes et des femmes sur les plans professionnels, moraux, légaux, culturels. Je vais pas arriver sur un mec et le traiter de sale connard abuseur sous-prétexte qu’il est dégueulasse qu’il soit payé plus qu’une femme. J’amène le débat différemment “ça te fait pas chier que ta fille plus tard soit payée moins bien que le connard qui lui tire les couettes en classe et à qui tu as promis de foutre une rouste?”. Subtile, vois-tu.

Et il y’a les végétariens ou ex-végétariens qui sont capables de juste milieu, de nuancer leurs propos et surtout, de ne pas juger. C’est le cas de Camille du site Mange tes légumes (le lien est en bas de la page) qui explique qu’après deux ans de régime végétarien elle a fait le choix de réintroduire la viande et le poisson dans son alimentation, pour des raisons de santé. Je la comprends, c’est ce que je vous disais plus haut, je ne ferai pas dépendre ma santé de choix éthique. Bah non. Il semble cependant, selon certaines de mes lectures, que seuls les végétariens non-informés peuvent avoir des carences alimentaires. Si on diversifie à fond l’alimentation, même végétarienne, on ne devrait, a priori, pas être carencé.

81424778

Le végétarisme est un extrémisme alimentaire. Aucun extrêmisme n’est bon. Les extrémistes du végétarisme sont les végétaliens si j’ai tout bien compris. Sauf que tu vois, pareil, je ne suis pas prête du tout à troquer mes Kickers en cuir de vache contre des pompes moches en cuir de… de quoi d’ailleurs? C’est quoi le cuir végétal? Ah c’est donc ça… du cuir de bestiole, comme d’hab mais tanné naturellement. Ah bah génial, c’est vrai que la vache à mes pieds ressent toute la différence. C’est vrai que ça me semblait bizarre, du cuir végétal, je me demandais comment on pouvait genre transformer des orties en cuir…

Les végétaliens ne veulent pas consommer le moindre produit qui dépendrait du travail d’un animal. Alors cessez tout de suite les fruits et les légumes, car qui aère la terre de telle sorte que les végétaux puissent pousser? Des insectes! Oh vilains végétaliens qui prostituent les vers de terre. Je reviens je vais me reprendre un rail de coke. Ça veut dire que quand ma mère a dit qu’elle voulait adopter une petite chèvre naine, comme ça BabyBoy apprendra à s’en occuper et aura du plaisir à prendre soin d’elle quand il viendra la voir, elle est une vilaine et cruelle bonne femme qui ne pense qu’au divertissement de son petit-fils avant de penser à la liberté de cette chèvre naine qui devrait s’ébrouer follement dans les plaines sarthoises? *snûûûûûûrfl* *rhaaaaa*

tumblr_lkedjsg85p1qcdhexo1_500

J’étais très inquiète de ce que le végétalisme pouvait engendrer comme carences, d’ailleurs je le suis toujours. Mais de manière générale, tant pour les végétaliens que les végétariens je trouve qu’il y’a une profonde désinformation nutritive. Finalement, le citoyen lambda, quelle éducation à la nutrition reçoit-il? Encore une fois, j’ai trouvé quelques informations ça et là, mais jamais rien de “prouvé” ou de validé par les professionnels de la santé et de la nutrition (mais que font-ils bordel??).

Et puis il y’a leurs copains qui te disent qu’ils ne sont pas végétariens par choix mais parce que c’est “normal enfin voyons, la vie d’autres êtres vivants dépend de ce que l’on mange de la viande ou pas”. Oui. Je suis tout à fait d’accord. Ils disent que les animaux n’ont pas choisis de mourir pour le plaisir et l’égoïsme gustatif des carnistes. Oui c’est vrai. Enfin tu vois, tu penses peut-être faire une bonne action en ne mangeant pas de viande, mais 1) tu n’épargnes aucune vache car elles sera tout de même produite, elle va vivre, peu de temps, dans le but d’être tuée puis mangée, quoi qu’il en soit. Pire, elle sera peut-être produite, tuée, puis pas mangée, transformée en steack hâché invendu ou qui finira à la poubelle.  Il faudrait genre 4 milliards de végétariens sur terre pour que l’on reconsidère les quotas de viandes produites. 2) Le simple fait que nous soyons des européens vivants confortablement induit que d’autres eux, crèvent de faim, ailleurs. Alors à moins que tu ne files TA ration de nourriture quotidienne à quelqu’un dont la vie en dépend, sache-le: le simple fait que tu existes à un impact sur le fait que d’autres meurent de faim. Voilà. Prochain sujet le capitalisme.

ae8iagm

“Les végétariens ils achètent aux petits producteurs, ils font vivre la petite agriculture, etc”… sauf que la Terre est totalement foutue, aucune agriculture d’aucune sorte ne peut être bonne avec des sols dans cet état. Les légumes et les fruits que je mange, moi, au quotidien, sont dé-nutrisés (néologisme). Ils sont normalement voués à mourir. Ils ne restent en bon état que parce qu’ils sont boostés de merdes incroyables. Je vous invite réellement à lire cet article qui montre deux choses: 1) On est dans la merde et 2) les végétariens n’apportent RIEN à leur organisme qui fassent qu’ils puissent être en bonne santé bien longtemps. En tout cas en terme d’apports nutritifs végétariens et carnistes sont aussi mauvais. Dans les deux cas nous sommes, et c’est bien malheureux de le dire, en dé-nutrition. Nous sommes tous carencés, par rapport à ce que nos grands-parents avaient dans le sang. Je pense qu’il faut manger énormément, et beaucoup compléter pour éviter les carences aujourd’hui sauf que…désolée, je ne vais pas manger 60 oranges par jour pour avoir mon quota de vitamines.

Enfin, j’ai lu énormément de témoignages et d’explications/histoires de ceux qui étaient omnivores et qui sont devenus végétariens mais il y’a peu de débat autour de ceux qui sont nés et ont grandi dans des familles végétariennes et ont un jour décidé de manger de la viande et du poisson.


Dis-toi bien que pour retrouver ce tweet que je trouve génial j’ai dû taper dans ma barre de recherche Google “nazi qui se branle sur des poussins morts”. Je m’attends à voir débarquer les flics à tout moment.

Ceci dit, j’ai trouvé quelques réponses adaptées et qui montrent Dieu merci (non non, Dieu hein, pas Allah, je déconnais) qu’ils ne sont pas tous extrémistes:

“Si tu étais seule sur une île déserte en train de crever de faim, tu mangerais des animaux. 

En situation de crise, les humains font ce qu’ils ont à faire pour survivre. Connais-tu l’histoire de cet avion qui s’est écrasé dans les Andes et dont les survivants ont mangé les cadavres des autres passagers ? Oui, je chasserais et tuerais des animaux pour survivre sur une île déserte si je le devais. Toutefois, dans la société dans laquelle nous vivons, j’ai le choix : je choisis donc de ne pas manger d’animaux.”

Enfin, le dernier point que je voudrais aborder est celui de l’argent. La plupart du temps, les végétariens et végétaliens sont des personnes qui visent l’orthorexie. Autant vous dire que toutes les bourses, tous les foyers ne peuvent pas se permettre de proposer des repas exclusivement végétariens ou végétaliens. C’est pas nouveau, ça coûte bien plus cher de préparer soi-même les repas et d’aller vers la diversité que de bouffer n’importe quoi. Pourquoi les populations les plus pauvres des pays les plus “développés” sont aussi les populations les plus obèses? Parce que la merde coûte moins cher. Plus tu en achètes, moins c’est cher. Alors que tu peux acheter 4 kilos de poireaux, le prix n’est jamais dégressif. Tous les végétaux qui permettent de compléter en apports nutritifs ce que les végétariens ne trouvent pas dans les viandes et les poissons ne sont pas forcément à la portée de tous (tant sur le plan local que financier). Sur un article intéressant mettant en avant les bienfaits du régime végétalien l’auteure parlait des algues de wakame (c’est super bon) qui complètent en calcium le régime végétalien. En effet, sans apports lactés on peut se demander où les enfants, notamment, végétaliens vont bien pouvoir trouver leur calcium. Très chouette idée donc que les algues de wakame. Sauf qu’on n’en trouve pas partout. Il ne doit pas y avoir de parents végétaliens à St Brice, petit village ridicule de Mayenne qui demande à ses habitants de faire vingt bornes en voiture pour trouver un supermarché qui leur fournira du lait, certes, écrémé, demi-écrémé ou entier s’ils le veulent mais pas des algues de wakame! Remettons les choses dans la réalité, ou dans une réalité si vous le voulez: on habite pas tous près d’un magasin bio/japonais/bobo, et on a pas tous les moyens de foutre 30 euros par jour dans les repas.

Tout ça pour dire que personnellement j’ai découvert plein de chouettes recettes et que je vis très bien mon nouveau mode alimentaire. J’ai juste un transit plus… Bref. En revanche je ne cherche à convertir personne, et si des proches veulent s’y mettre un jour, tant qu’ils sont majeurs, ça me va.

En tout cas, je ne serai jamais une véritable végétarienne parce que moi, j’adore croquer dans les cuisses toutes grasses et tendres de mon bébé <3.

Sources:

Fémininbio

Mangeteslégumes

Parents végétaliens, pourquoi font-ils peur?

Revegez-vous

Égalitariste.net

L’Express

Sucre-info

Pigut

Toutelaculture

Grazia

Let them eat meat 

Vegeweb – Tolérance/prosélytisme alimentaire < LE lien le plus intéressants que j’ai trouvé.

Tags:
8 Comments
  • Poppy
    Posté à 21:25h, 13 mars Répondre

    MERCI PUTAIN. Merci. Complètement avec ce que tu dis, par contre le mot carniste m’a toujours gênée (j’ai toujours l’impression d’être une barbare sanguinaire qui mord dans la chair fumante d’un élan fraîchement tué en lisant ça). Y’en a marre des veganazi. Par exemple, j’admire beaucoup Fanny Maurer mais je ne la suis plus sur aucun réseau social depuis le jour où elle a posté une vidéo d’un indien qui tue une chèvre de manière forcément crade vu que le gars, rien qu’en le voyant tu te doutes que sa hache, il avait pas l’argent pour en acheter une alors il a dû la faire lui-même. Accompagné forcément d’un pavé à base de “booouh, vous êtes que des meurtriers les mangeurs de steack, c’est immonde on devrait vous faire pareil”. Ça me gave tellement. C’est vrai qu’en temps que personnes vivant dans des pays développés, on peut se permettre d’avoir différent choix de régime alimentaire et qu’il y aurait un effort monstrueux à faire en terme de gaspillage. Mais c’est pas l’cas de tout le monde sur cette planète ù_ù Les régimes alimentaires et la religion, ça devrait être la même chose: chacun le sien et fais pas chier ton voisin avec

  • Lalou
    Posté à 23:05h, 31 mars Répondre

    Tu n’as jamais trouvé d’informations validées par des professionnels de la santé sur le végétarisme/lisme? Je me permet de te diriger vers l’Association américaine de diététique (la plus grande association de professionnels de la nutrition au monde, rien que ça!) qui affirme que “Les alimentations végétariennes ( y compris végétaliennes ) bien conçues sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs.” Donc aucune crainte à avoir.
    Mais il est vrai qu’en France on a très peu d’informations, et surtout beaucoup trop de désinformations! Je pense notamment aux médecins nutritionnistes que l’on voit souvent dans les médias et qui sont en fait payés par les industriels pour faire la promotion de la viande et des produits laitiers, quand bien même il est prouvé qu’ils ne sont pas indispensable à notre santé. Et de manière plus générale les médecins sont très en retard sur la question du végétarisme et ils préfèrent souvent déconseiller à leurs patients ce régime qu’ils méconnaissent…
    Après je dois dire que je sens quand même un peu de mauvaise foi dans ton article; par exemple quand tu parles des aliments sources de calcium tu prends l’exemple des algues de wakame pour montrer combien il est difficile d’être végétalien, alors qu’il y a plein d’autres sources de calcium! : fruit frais, abricot sec, noix, amandes, chou, lentilles, noisettes, épinards, brocolis… Et être végétalien ne coûte pas forcément plus cher et ça n’est pas plus difficile que d’avoir un régime omnivore; tout n’est qu’une question d’habitude.
    Et sinon il existe du cuir vegan, qui n’est en réalité pas du cuir bien sûr mais une matière synthétique. Le cuir au tannage végétal dont tu parles n’est pas vegan.
    Voilà voilà.
    Et si tu cherches d’autres informations sur le végétarisme/lisme je te recommande à 100% le site vegfaq.org, il recense toutes les questions et idées reçues sur ce mode d’alimentation et y apporte des réponses. Par exemple il traite de question telle que : Pourquoi refuser les oeufs et le lait? Pourquoi les végétariens veulent-ils imposer leurs convictions aux autres? Pourquoi se préoccuper du sort des animaux alors qu’il y a tant d’êtres humains qui souffrent?… Etant donné ce que j’ai lu dans ton article je suppose que ce genre de questions t’intéressent 🙂

    • Instable Mona-Lena
      Instable Mona-Lena
      Posté à 00:02h, 01 avril Répondre

      En effet, je te remercie pour tes infos! Depuis l’article j’ai opéré d’autres changements dans mon alimentation et je suis toujours intéressée par de nouvelles informations. J’irai consulter le site dont tu me parles, mais déjà il me semble être tombée dessus par hasard dernièrement.

  • dou
    Posté à 13:57h, 07 juin Répondre

    J’ai même pas eu le courage de lire ton article jusqu’au bout tellement il commençait mal : “bon lapin qui a gambadé toute sa vie dans la plaine” sait tu que ces fameux lapins sont élevés en captivité (et pas seulement les lapins hein) puis relâché exprès pour la chasse, donc il a pas franchement pu gambader toute sa vie… Il a été élevé, comme les animaux de ferme, dans le seul et unique but d’être tué pour ensuite être mangé, donc pour le simple plaisir gustatif de certaines personnes.
    Est-ce que tuer par plaisir c’est bien ? Moi je ne pense pas, surtout si on peut se nourrir autrement et sans que ce soit dénué de plaisir d’ailleurs. Les végés peuvent parfois être agressif car ils entendent à longueur de journées des phrase type : “laisse-moi manger ma viande en paix, je ne t’empêche pas de manger ton tofu” et sans oublier le fameux “c’est un choix personnel de manger de la viande … etc” un choix personnel (comme une religion comme tu l’a si bien dit” ça ne concerne que toi et personne d’autre, tu peux porter une jupe, être musulman, mettre du vernis ou que sais-je, ça ne concerne que toi, on est d’accord. Manger de la viande, ça te concerner certes, mais ça concerne bien malheureusement l’animal mort dont tu mange le cadavre, qui lui n’a rien demandé d’autre que de vivre. Mais ça concerne aussi tous les autre êtres de la planète (être humain comme animaux) puisque comme tu le sais (ou pas) l’industrie de la viande est le plus grand pollueur de la planète, même devant tous les transports réunis. Donc l’air que les végés respirent est pollué en partie par la consommation de viande, le “choix perso” des carnistes. Sans compter la déforestation, par exemple de la forêt amazonienne pour ne citer qu’elle, que l’on rase histoire d’y faire pousser du soja ogm destiné à nourrir les animaux d’élevage.. Et puis enfin, le bétail mondial consomme, à lui tout seul, une quantité de nourriture équivalente aux besoins caloriques de 8.7 milliards d’êtres humains – soit plus que la population totale actuellement sur la Terre. Donc être vegan, contrairement à ce que tu crois, c’est une question d’éthique aussi bien pour les animaux que les humains, surtout ceux qui crève de faim pendant qu’on fait pousser sur leur terres de la bouffe pour notre betail.
    Continue.de a cuisiner des cadavres pour ta famille si ça te chante, et renseigne toi un peu, c’est facile.

    • Instable Mona-Lena
      Instable Mona-Lena
      Posté à 14:29h, 07 juin Répondre

      Ce qui est “facile” c’est de commenter quelque chose sans l’avoir lu, effectivement, jusqu’au bout, en ratant, par exemple, le fait que je me suis “renseignée” depuis et que j’ai changé, entre autre, d’autres habitudes.

      À bon entendeur.

      • dou
        Posté à 14:54h, 07 juin Répondre

        Ben écoute après avoir lu plus de la moitié de l’article à base de “vegan extremiste” j’avoue que j’ai juste eu le courage de survoler l’autre moitié, et je doute, vu le niveau de l’article par rapport aux comparaisons faites (vegan / religion , wtf ? ) et le manque de références, que cela m’eu fait modifier mon commentaire précédent. Rien que le mot “convertir” n’a aucun sens, les vegans cherchent pas à “convertir”, on essaye juste d’expliquer pourquoi, et à force d’entendre des trucs hallucinant de la part des carnistes ou végétariens “non-extremiste” (ben oui c’est carrément extrême de pas manger de lait ou d’oeufs et de simplement ne pas vouloir exploiter les animaux) de se faire insulter etc , on perd parfois patience…

        • Instable Mona-Lena
          Instable Mona-Lena
          Posté à 15:13h, 07 juin

          Les insultes vont dans les deux sens, le nier c’est faire le lit de la bêtise. Et c’est dommage que tu dispenses des informations intéressantes (cf: ton premier commentaire) tout en triant judicieusement sur ce que j’ai écrit.
          Perdre patience je l’entends, mais ça donne ça: mon article. Me seuls rapports avec des végétariens AVANT que je change d’alimentation étaient agressifs (à mon égard), méprisants, violents. La réalité? Depuis que j’ai changé d’alimentation, mon entourage de “carnistes” l’a parfaitement accepté, et pense parfois à me ménager des repas sans viande lorsque je mange chez eux, en tout cas je ne prends jamais une réflexion de travers. Peut-être ai-je juste la chance d’avoir des proches intelligents qui respectent mon alimentation (au travail aussi, je n’ai jamais pris une réflexion et pourtant, je m’attendais au contraire!). Et peut-être ai-je eu la malchance de ne tomber que sur des végétariens, végétaliens principalement, franchement insupportables dans leur comportement.

          Et oui j’ai fait un parallèle régime alimentaire/religion, de la même façon que j’aurais pu le faire sur le commerce équitable. C’est un choix de consommer équitable, on n’agresse pas pour autant les gens qui sortent de chez H&M ou La Halle parce qu’ils consomment non-équitable et qu’ils participent à la grande industrie du textile qui profite de la misère étrangère. Pourtant, si on suit le raisonnement qui veut qu’en tant qu’humains nous sommes responsables des animaux et du fait de devoir les garder en vie, nous sommes aussi responsables de ce que notre train de vie d’occidentaux a d’impact sur certains peuples de travailleurs abusés. Les choses ne peuvent être toutes noires ou toutes blanches.

          Et je pense, sincèrement, pour ma part, plus malin et instructif de partager des repas végétariens et d’instruire sur des aliments méconnus ou oubliés pour encourager à changer de régime alimentaire, que d’agresser, de dédaigner ou de harceler.

  • Nana
    Posté à 14:21h, 19 juillet Répondre

    Bonne idée de donner des pistes aux végétariens qui continuent à utiliser les mêmes armes que nos amis les capitalistes : la peur et la culpabilité, au lieu de leur donner envie de changer tout en les respectant.
    J’ai lu récemment un article, j’avoue assez long et complexe, mais très bien documenté et, il me semble, exhaustif, concernant la
    motivation : http://www.hacking-social.com/2015/10/13/se-motiver-et-motiver-autrui-une-histoire-dautodetermination/
    dont les principes sont repris dans l’éducation bienveillante entre autres. En gros il s’agit d’amener notre interlocuteur à réfléchir sans le dévaloriser, pour que le changement vienne de lui et non de l’extérieur.

    Les végétariens sont chiants envers les carnistes, mais aussi envers les flexivores (encore un néo-logisme) comme moi. Un exemple : depuis 7 ans je réduis ma consommation de viande et depuis 2 ans ma consommation de poisson pour peut-être devenir végétarienne ou pas (il y a des jours ou je dis que oui et d’autres, que non). Tout allait bien, jusqu’à ce qu’un collègue végétarien débarque dans mon entreprise. Outre le fait qu’il pointait du doigt tout ce que je faisais qui n’était pas écolo alors que je revendiquais cette étiquette, je ne pouvais pas manger avec lui sans qu’il ne me fasse des remarques sur le contenu de mon assiette. Et en fait, je lui ai dit, mais il continue bêtement sa stratégie, j’ai juste envie de faire tout le contraire de ce qu’il me dit ! C’est pourtant de la psychologie simple, je lui ai expliqué comment marche la motivation, je lui ai dit que nous les écolos, on faisait chier tout le monde avec nos convictions et qu’il fallait lâcher du leste si on voulait que les gens soient de notre côté. Je n’aime pas qu’on me dise ce que je dois faire, qu’on me mette mal à l’aise, qu’on mette son nez dans mes affaires et encore moins dans mon assiette. Par contre j’aime bien discuter, échanger des informations, des idées lorsque c’est enrichissant. Si je me sens respectée, je suis prête à être convaincue, je ne demande que ça, même !

    Et sinon concernant ce que coûte ce régime alimentaire j’émettrais quelques réserves (même si c’est vrai que ça coûte moins cher de bouffer de la merde contenant des bouts de chair que d’acheter des légumes bio) : quand on passe d’une alimentation omnivore de bonne qualité à le même régime mais sans viande et un poil plus diversifié, on économise pas mal d’argent. Les produits en magasin bio coûtent super cher pour la plupart, surtout les produits préparés, par contre quand on achète des denrées de base (céréales en particulier) en vrac ou en grande quantité, on s’y retrouve. Soyons honnête ça reste plus cher, mais il y a pas mal de façons de réduire la facture, surtout que certains légumes n’ont pas besoin d’être achetés bio, car même en agriculture conventionnelle ils sont assez peu traités (oignon, avocat, maïs doux, ananas, mangue, asperge, petits pois, kiwi, chou, aubergine, papaye, pastèque, brocoli, tomate, patate douce, champignon, pamplemousse, melon) et c’est pour ça qu’on en retrouve certains dans les rayons bio des supermarchés discount.

    La stratégie de donner envie de manger végétarien est celle qui a été la plus efficace pour moi car c’est en Inde que j’ai découvert les saveurs de ce régime. Dans les restaurants, la moitié du menu est pour les végétariens, l’autre moitié pour les non-végétariens. Dans les magasins aussi, tous les produits emballés ont une mention pour reconnaitre rapidement dans quelle catégorie se place leurs contenus (un rond rouge pour non-végé, un vert pour végé). La viande coûte cher là-bas aussi, et c’est toujours moins cher de manger des plats sans viande. le capitalisme s’adapte à nos besoins, c’est à nous de faire changer la société en demandant dans les restos s’ils ont des plats végétariens (en plus ce sera moins cher) si on en a envie bien sûr, de réduire notre consommation de viande, mais en se faisant plaisir et sans forcément se coller la pression (on peut se dire que deux demi-végétariens ça fait un végétarien, donc on va dans le bon sens de toute façon !). la difficulté en France c’est que le végétarisme ne fait pas partie de notre culture, donc ça demande des efforts : apprendre de nouvelles recettes, changer nos habitudes et constamment expliquer nos choix alimentaires. Mais plus il y aura de végétariens, et plus facile ce sera de le devenir car l’offre du marché (oh que c’est moche comme expression…) se sera adaptée à ces nouveaux consommateurs.

    Et puis on n’est pas obligés de manger des protéines à chaque repas, c’est selon nos envies, nos besoins, mais encore une fois on n’est pas obligés de remplacer à tout prix la viande par du fromage, des légumineuses ou du tofu.

    Comme je n’aime pas beaucoup prévoir je me suis orientée vers le végétarisme sans trop savoir où j’allais ni où je m’arrêterais. Mais constamment on me demande si je veux être végétarienne et pourquoi je continue à manger du poisson. J’ai donc développé ma réflexion en même temps que mon argumentaire pour dire aujourd’hui que je réduis ma consommation de poisson aussi, mais que je ne compte pas devenir végétarienne (c’est surtout pour que les personnes que je côtoie arrêtent de me prendre la tête dès que je craque pour un morceau de sauciflard !!!) et qu’on nous impose suffisamment de règles strictes pour ne pas m’en imposer moi-même. Donc très honnêtement je ne sais pas où je vais, mais manger de la chair animale ça m’intéresse de moins en moins, ça c’est sûr.

    PS : oui je passe ma journée à lire tes articles 😉

Laisser un commentaire