À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

Le Rose Crazy d’Yves Saint-Laurent

28 Juin Le Rose Crazy d’Yves Saint-Laurent

Ayé. Je l’ai. Je me suis acheté le Rose Crazy d’YSL et je me sens désormais comme une femme accomplie. Genre.

J’ai comparé les prix (j’ai failli écrire “prixs” quand même, c’est vous dire le niveau de fatigue…) sur différents sites de ventes de cosmétiques parce que même à trois ou quatre euros près, vu qu’il faut quasi péter un compte épargne pour se le payer ce rouge à lèvres, ça vaut le coup d’aller fouiner au moins cher.

Je voulais faire une jolie photo du tube à côté de sa boîte sauf qu’elle était faite de telle sorte que pour l’ouvrir j’ai dû déchirer le haut… C’est dommage, je l’aurais volontiers gardée pour protéger l’étui.

Enfin brefons, pour parler du produit en lui-même je suis ravie de mon achat et ce pour plusieurs points:

♦  La couleur est super chouette, ni réellement rose, ni vermillon pour autant, c’est un peu une nuance qui se place entre mon Burberry et mon Bourjois.

♦  La texture est parfaite. En fait, je n’ai jamais eu de rouge à lèvre qui s’applique aussi bien. Je ne sais pas, ça tient peut-être à un coup de chance du moment mais je me le suis appliqué comme font les nanas dans les pubs, d’un geste d’un seul et il était parfaitement mis. D’ordinaire je dois faire d’abord le bas, puis le haut, et corriger légèrement mon coin droit parce que je me rate systématiquement à cet endroit précisément.

  L’étui est très joli (mais un peu désagréable au toucher, il n’est pas lisse en tant que tel, il agrippe un peu) et reflète ce que j’attends d’un rouge à lèvres YSL à savoir une image de luxe et d’élégance.

♦  Contrairement au Burberry que j’ai acheté il y’a quelques semaines, je trouve le tube moins court. Ceci dit il reste un produit à utiliser avec parcimonie (je ne vais pas le porter avant d’aller faire les courses le samedi matin quoi).

 Il sent bon. Mais je devrais réussir à me retenir de le manger. *se lèche la lèvre* “Mmmm miom…ah…moins deux euros…”

Un peu effrayant ce gros plan, non?

Je réalise véritablement aujourd’hui comme j’ai changé dans ma conception des achats. Étudiante j’allais à Emmaüs et mon maquillage était de la marque Sephora. Alors certes les rouges à lèvres que j’utilise au quotidien sont des MAC, mais j’éprouve aujourd’hui un certain plaisir à pouvoir m’offrir des produits qui dégagent une autre image et me permettent de jouer avec la mienne. Car si je reste dans mon essence la même personne quel que soit ce que je porte, en apparence je joue un rôle différent selon les vêtements qui m’habillent, le parfum que je me vaporise et les cosmétiques que j’utilise.

Autrefois, je n’aurais pas crié au scandale car chacun fait ce qu’il veut mais, j’aurais franchement été écoeurée par la capacité de certaines personnes à mettre si cher dans des produits qui ne font qu’alimenter la futilité au demeurant. Quand je vois que certaines femmes peuvent mettre mille balles dans un sac à main et qu’avec ça on peut faire manger une famille sri-lankaise pendant trois mois, je suis un peu décontenancée. Je n’irais sûrement pas mettre mille balles dans un sac à main (je ne peux pas, en dehors de toute considération éthique), mais je fais désormais partie de celles qui, grâce à leur pouvoir d’achat (car il ne s’agit dans le fond que de ça), peuvent se payer un rouge à lèvre à trente-cinq euros. Je ne me blâme pas, je ne m’en vante pas, je constate et je me dis: de toute façon, il va me faire longtemps ce rouge à lèvres. Alors ça justifie cet achat. Est-ce qu’en cherchant bien j’aurais pu trouver le même ton et la même texture chez une marque moins onéreuse? Sûrement. Est-ce que je jouis secrètement de ma possibilité de m’acheter du YSL, même s’il ne s’agit que d’un rouge à lèvres? Certainement. En faisant ça je m’achète aussi un certain statut social (comme font les familles qui sont dans la mouise financièrement et vivent essentiellemet des aides sociales mais possèdent des écrans plats dignes de cinémas), et une image de femme qui me plaît. Après, ça ne m’empêche pas d’acheter presque toutes mes sapes d’occasion. Parce que le summum du fun c’est encore cet éclectisme dans une vie, du neuf et de l’ancien, du luxe et de la pacotille, du beau, de la qualité et du pratico-pratique.

Et vous, quel regard portez-vous sur les produits dits de luxe?

En tout cas, ça me fait ça à rayer de mon Dressing Planner 2015!

Photographie de Une: Blanche comme un lavabo….

Musique  C’est dimanche alors c’est les Beatles.

Tags:
2 Comments
  • Marjorie Hirtz
    Posté à 13:49h, 02 juillet Répondre

    Waw, il te vas à ravir, il est parfait avec ton teint!

  • Lilitu
    Posté à 00:04h, 06 juillet Répondre

    Il te va vraiment très bien!
    Pendant longtemps, je m’achetais des cosmétiques de marques “pas chères” , car je ne concevais pas de claquer 30 boules voir plus dans un rouge à lèvres par exemple, et puis finalement…. j’ai une petite “collection” de produits de “luxe”, de temps en temps, ça fait très plaisir , et puis je n’ai jamais été déçue, car avant de me lancer je lis pleiiiiiin d’avis !^^

    bisous!

Laisser un commentaire