À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

La volonté de non-appartenir parce que c’est beau, dans un objet qui indique tout le contraire – Costarellos

09 Déc La volonté de non-appartenir parce que c’est beau, dans un objet qui indique tout le contraire – Costarellos

Comment vous représentez-vous la pureté? Je vois quelque chose d’immatériel, incolore et d’inodore. Quelque chose qui se loge dans ma main sans que je ne puisse jamais la refermer.

Comment imaginez-vous la légèreté? Elle n’est ni blanche, ni noire, ni bleue, ni verte. La pureté est légèreté. Elle n’est ni en courbes ni en lignes, ni réductible ni infinie. On image l’un et l’autre de blanc et de plumes.

Pourtant, lorsque je vois les créations de Costarellos, je pense grâce, finesse, délicatesse, légèreté et pureté, là où il y a du luxe et de l’opulence, de la profusion. Je pense château, manoir, je pense campagne, je pense à l’Angleterre, à la France. Je pense mariage, surtout. Cette fameuse et fichue robe blanche, symbole archaïque des attendus oppressants et matrimoniaux. On se marie en blanc parce que c’est la tradition, parce que c’est la pureté, de l’âme et du corps, du coeur surtout. Une pureté très catholique, très chrétienne mais pas morale ou intellectuelle pour deux sous. On ne se marie pas en blanc parce que c’est la couleur qui nous sied le mieux au teint. Alors moi, avec Costarellos je ne veux pas penser mariage, mais je veux penser à la patience infinie pour un tel travail, je veux penser à l’imaginaire fertile et riche des stylistes, je veux penser aux histoires que l’on peut rêver et construire dans de telles robes. Je veux penser à une liberté très insouciante, éloignée des symboles ridicules d’un autre âge. Je pense à la finesse du travail exécuté, un travail d’orfèvre. Il y a ici tout ce que j’aime en terme de coupe, des manches longues, des cous ornés de dentelle ou de guipure, des tailles cintrées. Ce sont des robes de mariées qui me font penser à l’envie de s’échapper. À des soeurs et des amies qui jouent aux dames dans le parc d’un château et qui vont subitement bondir hors de ces créations merveilleuses pour aller parcourir le monde.

Et pourtant, tout dans ces robes crie le contraire. Leur unique existence le prouve. À moi de choisir de tricher et de détourner les codes.

Unveiling the #fall2018 Bridal Collection… #backstage #costarellos #bridal #photoshooting #brides

Une publication partagée par Christos Costarellos (@christoscostarellos) le

Wedding Vibes! #costarellos #bridal #weddingdress #polkadots #bride

Une publication partagée par Christos Costarellos (@christoscostarellos) le

On the #creative process! A few days until we unveil #fall2018 Bridal Collection #costarellos #bridal #fitting #weddingdress #backstage

Une publication partagée par Christos Costarellos (@christoscostarellos) le

Costarellos #brides Discover the collection @modaoperandi, click link in bio. #costarellos #trunkshow #modaoperandi #fall2018 #bridal #weddingdress

Une publication partagée par Christos Costarellos (@christoscostarellos) le

Photographie de Une: Mouvement.
Musique

Commentaires fermés.

Laisser un commentaire