À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

La résille n’est pas vulgaire, toi si.

15 Nov La résille n’est pas vulgaire, toi si.

La résille. En anglais, fishnet, ça évoque complètement le filet de pêche. J’adore l’idée de résille, le motif. À la base, la résille c’est bien une affaire de motif, de p’tits trous (d’ailleurs je me demande si les trypophobes se sentent mal face à de la résille car j’ai lu que la répétition du motif y joue pour beaucoup). La résille, à la base elle sert surtout à faire tenir un chignon et à l’orner, on est loin des collants qui prendront toute une autre symbolique. La résille, sous sa forme première on en porte depuis le … j’suis en train de faire mes petites recherches et il y a eu beaucoup trop d’articles autour de la résille, et plus particulièrement du bas/collant résille.

La louze.

La plupart parlent d’ailleurs de vulgarité et de sexy. Qu’aujourd’hui on sait mieux le porter. Je finis mon thé et je reviens.

Rappel: le vêtement n’est pas vulgaire, la personne qui le porte, si. Exemple: Macron en costume cravate à des centaines d’euros qui fait montre d’une vulgarité sans nom dans ses propos et son attitude.

Le collant résille souffre en effet d’une sale réputation qui veut qu’il rend vulgaire quiconque en porte, surtout avec une jupe. Surtout avec une jupe en cuir. Surtout avec une jupe en cuir et des bottes. Bref, résille = prostituée de trottoir dans l’esprit populaire. La chance étant que l’esprit populaire est souvent foutrement con, on peut redéfinir les bases avec: résille = résille un point c’est tout. Le collant résille, tout comme la robe résille, ou les mitaines, n’a de subversif que le petit jeu de caché dévoilé qu’il permet. Si un vêtement ne dit rien de la toute-prétendue vulgarité de celui qui le porte en revanche, force est de constater que certains vêtements seront définitivement les uniformes de certains mouvements. Je pense notamment aux bretelles à carreaux noirs et blancs qui rappellent autant le ska que les skinheads. Le collant résille aura du mal à sortir de ce à quoi il est assigné dans l’imaginaire collectif à savoir une sexualité féminine hétérosexuelle exubérante, assumée et affichée, vendue, un peu comme le trench ou le vernis à ongles rouge. Grosso merdo, le rouge et le noir sont des couleurs qui inquiètent autant qu’elles attirent. Et je ne parle pas des icônes (souvent des rôles féminins interprétés au cinéma) qui ont donné toute une fonction à un vêtements anodin. La volonté d’hypersexualiser sa tenue, selon les standards actuels de l’hypersexualisation, est aussi celle de se réapproprier et son corps, et son pouvoir de séduction (ou non), et son genre sexuel. C’est une façon de revendiquer et de s’appartenir aussi. Porter jupe-talon-résille-et-rouge-à-lèvres n’indique pas nécessairement une disponibilité sexuelle. Celleux qui écrivent “ça fait pute” sont précisément ceux qui n’en connaissent pas, des putes. Les pantalons camo qui ont fleuri sur les dix dernières années sur le marché, on n’a pas entendu “ah non, ça moi je porte pas, ça fait militaire. Trop indécent”. Bref. (Moi je ne mets pas de petit foulard au cou parce que ça fait hôtesse de l’air. Beurk…). En clair, la réappropriation actuelle du collant résille porte en elle quelque chose du type “je suis sexy, je suis sexuelle, mais je porte ça honnêtement, je n’ai pas le pakage tapin, en gros, je suis élégante”. Hahaha. Non. On arrête, là.

L’élégance c’est pas des sapes, c’est une attitude, une intelligence.

Dans tous les cas, j’adore la résille, pour tous les jeux qu’on peut en faire. J’ai souvenir d’un débardeur rouge, en “filet/résille” qui était, rétrospectivement, sacrément laid mais que j’adorais et que je portais avec un débardeur fin bleu turquoise en dessous, quand j’étais ado/ Et avec un pantalon patte d’ef’ rouge aussi. Hideuse association mais grande liberté de création. Aujourd’hui, je ne porte pas de collants résille car ça a tendance à me gratter (les fesses). En revanche j’aime bien les petits chaussettes avec lesquells on peu s’amuser sur la texture, avec un pantalon coupé court, la structure. Je vais peut-être chercher des collants à la ceinture et culotte en nylon opaque du coup…

La résille refleuri de partout, sous les jean’s déchiré, avec un crop top, on montre le haut du collant. Là aussi, le jeu de coupes des vêtements sur le corps est audacieux. C’est mélanger les genres, les époques. Ça veut pas forcément dire que c’est le moment de ressortir vos mitaines en résille achetées sur Lena Bliss, sauf si vous avez envie de redonner vie à la Madonna des 80’s qui sommeille en vous. Là-dessus je vous appuie, car contrairement à ce que j’ai déjà lu sur l’usage de la résille dans les années 80 (c’est vulgairanh!) il y avait beaucoup d’excellentes idées qu’on a détourné et qu’on s’est réapproprié. D’ailleurs, il faut toujours resituer les choses dans un contexte avant de les juger. À chaque époque, ses modes, ses codes.

Il y a beaucoup à imaginer, à créer avec le motif résille, je pense qu’on peut l’adapter à bien des situations de notre quotidien. Certes, on envoie des messages avec notre tenue, mais je pense qu’il ne faut pas partir du postulat que l’on a tous le même décodeur. En tous cas je serai bien la dernière à expliquer “comment porter le collant résille” ou ce qu’il “faut faire ou ne pas faire”. Comme pour tout le reste, lâchez-vous, tentez des choses, expérimentez, et voyez les rôles que vous jouez en vous vêtissant, collants résille ou pas collants résille.  Alors, large ou étroite, noire, bleue, jaune, rose, avec un jean’s, un pantalon tailleur, une robe, une jupe, visible aux chevilles, sur le ventre ou en manches longues sur les bras, on s’amuse et on se gave de résille cet Hiver. Vous pouvez même les choisir ornés de fleurs, de strass ou de perles et vous offrir ainsi des collants bijoux.

Les incroyables créations résille de Lirika Matoshi

 

J’ai pas re-posté la tripottée de photos Pinterest, vous savez sûrement taper “résille” ou “fishnet” dans la barre de recherche. En revanche, j’ai trouvé de vraies pépites sur LookBook.

Melody Jacob

Anne’s fashion love

Photographie de Une: Superbe Alina Kireyeva

Musique

1Comment
  • Poppy
    Posté à 18:20h, 29 novembre Répondre

    SHE IS BAAAAAACK.
    Avec un excellent article d’ailleurs.

Laisser un commentaire