À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

Françoise Nyssen – Une éditrice au gouvernement. Ils sont #5

18 Mai Françoise Nyssen – Une éditrice au gouvernement. Ils sont #5

Bon, ce début de gouvernement ne me sied qu’à moitié, mais laissons-les nous montrer leurs compétences dans notre intérêt à tous, celui du peuple.

S’il y a bien une ministre dont j’en attends beaucoup c’est la récemment nommée Ministre de la Culture, Madame Françoise Nyssen.

J’ai d’abord un peu tiqué en apprenant qu’elle était la Directrice des maisons d’éditions Actes Sud, bien que j’adore cette maison d’édition pour leurs choix de livres, je ne voulais pas d’une “commerçante” sur ce type de poste. Oui, mais bon, est-ce qu’une philosophe, une artiste ou un galleriste/bibliothécaire eut été mieux? Voyons voir…

Madame Nyssen, née en 1951, a succédé à son père à la tête d’Actes Sud, faisant de cette petite maison d’édition, une incontournable de nos bibliothèques. Souvenons-nous que c’est Actes Sud qui a révélé Millenium en France. Leurs poches Babel Noir sont reconnaissables à leur bichromatie noire et rouge , l’illustration de la couverture cerclée comme dans un cadre. Éditrice de prix Goncourt et de prix Nobel de littérature, on peut dire que la dame a eu le nez fin et en connaît suffisament en la matière pour nous parler culture. Oui mais, la culture, ce n’est pas que la littérature me direz-vous, et clairement, la culture englobe tout ce qui nous cultive, tout ce qui nous fait grandir intellectuellement et artistiquement. L’art et la sensibilité artistique sont déjà de la culture. Culture est fille d’Histoire, de sociologie et d’art. Ce qui est intéressant alors c’est que Madame Nyssen, très active dans la vie locale d’Arles, où elle vit, est aussi “l’un des membres fondateurs l’Association culturelle du Méjan dont l’objet est d’organiser des concerts, des expositions, des rencontres littéraires, cinématographiques au Passage du Méjan à Arles” (HuffingtonPost). Elle est aussi connue pour avoir ouvert le Domaine du possible à Arles, une école dont le principe est celui de l’éducation bienveillante.

Il ne fait aucun doute que c’est aussi sa vie privée qui a fortement influencé ses choix d’investissements et ses découvertes culturelles puisque Françoise Nyssen, à la tête d’une petite tribu recomposée de sept enfants, a un fils, Antoine, qui dyspraxique et dyslexique s’est vu fermer les portes excluantes et toujours plus malveillantes de l’école républicaine. Il s’est suicidé en 2012, et il a rejoint la longue liste de ceux qui auraient pu s’épanouir dans le milieu scolaire s’ils avaient vécus plus tard et s’ils avaient pu bénéficier des dispositifs actuels mis en place pour ces enfants-là. Mais Antoine n’était plus tout à fait un enfant, il avait dix-huit ans et ces sont ses dessins qui, parfois, illustrent les livres édités par Actes Sud. Nul doute que l’enfance de Françoise Nyssen ainsi que ses choix de vie et les surprises, les drames qu’elle lui a réservé ont fait d’elle une femme qui doit regarder le monde et la culture sous un oeil plus lumineux et attentif que d’autres aux oeillères auraient pu voir.

Égoïstement, j’attends beaucoup disais-je de cette Ministre de la Culture. J’attends qu’elle fasse la promotion de toutes les cultures. Car la culture est aussi la mode, autant qu’elle est intemporelle. Les courants éphémères qui s’effaceront, les pierres angulaires qui a jamais se poseront. J’attends la promotion des arts classiques et des courants marginaux, j’attends un encouragement à la pensée marginale, à l’ouverture et à l’accès pour tous à la culture. Sur ce plan, si Monsieur le Président de la République met en oeuvre ce qu’il a proposé, je crois que cela peut se révéler très bénéfique. Mais je pense qu’il faut ouvrir le sujet de la culture sur tous les fronts, y compris ceux qui contrarient la bien-pensance et surtout, la bienséance. La question n’est pas “qu’est-ce qui est la culture?” mais plutôt, “qu’est-ce qui ne l’est pas?”. Madame Nyssen, faites-nous découvrir, et encouragez à aller vers une culture qui grandit et ouvre, forge l’esprit, et non vers la seule culture de nos aïeux.

Photographie de Une: télérama

Musique

Tags:
Commentaires fermés.

Laisser un commentaire