À propos…

Mona-Lena, je vis entre ici et là-bas. Ce blog est un prétexte pour écrire sur ce qui me meut, ce qui m'inspire, ce que je perçois du monde en utilisant comme support le corps et le textile. Favorable à une mode instinctive et intuitive, je ne suis pas à l'aise avec les tendances et je ne sais absolument pas les « décrypter » ou les prédire. J'évolue également dans un milieu professionnel très éloigné de tout cet esthétisme puisque je suis éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance (titulaire du DEES). Je suis aussi une maman féministe et plutôt universaliste.

M’écrire
Contact

Barbie K.I.T.S.C.H

07 Oct Barbie K.I.T.S.C.H

Kitsch: “Ce n’est pas un phénomène dénotatif sémantiquement explicite, c’est un phénomène connotatif intuitif et subtil” Persee.fr

“De mauvais goût, baroque et un peu provocateur. Se dit d’un style considéré de mauvais goût par la culture établie”.

Cette tenue est très drôle car elle est, en quelque sorte, le level supérieur de ce que je pouvais porter au lycée en terminale.

À l’époque, j’aimais bien porter des vêtements dans lesquels je me sentais à l’aise et qui feraient que l’on se retournerait sur mon passage pour me critiquer, si possible négativement (j’vous le cite tel que je me souviens l’avoir déjà dit). J’aimais susciter incompréhension et agacement et avoir le plaisir donc de m’entourer de personnes entières et honnêtes, me percevant au-delà de mes sapes, infiniment plus intéressantes que celles qui pouvaient s’émouvoir pour un bout de fesse dévoilé.

Je me souviens qu’à l’époque j’avais une chouette mini-jupe blanche dentelée de broderies anglaises que j’aimais porter avec mes rangers et un polo rose. Ça, plus les dreads synthétiques, dans la petite ville dans laquelle je vivais, ça faisait chuchoter sur mon passage. Rétrospectivement, je pense que je cherchais mon goût. En tout cas, une nana de ma classe m’avait alpaguée dans la cour en me disant clairement, et devant tout le monde « tu trouves pas que tu t’habilles un peu kitsch ? » (Shaheen si tu me lis, je pense encore à toi, love). J’étais restée un peu béate, un sourire absent aux lèvres. Je trouvais incroyable que la seule fille qui venait en sari rose bonbon, plein de dorures, me dise à moi que je faisais kitsch alors que concrètement elle ressemblait à une énorme pâtisserie ultra-calorique et indigeste. Je m’étais tue et avais continué ma journée mine de rien. En rentrant chez moi, face au miroir je m’étais interrogée : Je m’habille kitsch ? C’est quoi le kitsch ? Mais moi j’adore le kitsch, c’est génial, c’est drôle, ça fait rire, ça donne envie de croquer la vie.

Alors j’ai continué d’être kitsch. Ou en tout cas de m’habiller kistch selon elle, car je ne pense pas l’avoir véritablement été.

J’ai toujours eu une authentique passion pour les mini-robes et mini-jupes dès lors que j’ai compris que c’était là la seule façon de paraître moins petite, de m’élancer alors et de m’affiner, par un simple jeu d’optique. Et de fait, j’ai passé ma scolarité à porter des jupes ou des robes toujours plus courtes, exhibant sans gêne ni honte mes jambes un peu poteaudes, ma peau distendue, mes genoux cagneux et ma cicatrice.

J’aime ma cicatrice, que dis-je, mes cicatrices, en tout quatre coups de scalpel, repassant les uns sur les autres sur dix années. Quatre opérations du genou droit qui me laissent en souvenir cette ligne lisse, comme brûlée et boursouflée. Je l’adore car je me dis que bon sang j’ai bien de la chance de pouvoir marcher encore sans boiter ! J’ai aussi échappé à une chouette amputation à quelques soixante-douze heures près, suite à un staphylocoque doré. J’adore ma jambe couturée.

Et aujourd’hui le rose de mes genou me rappelle celui pendu à mes oreilles, comme un quartz délicat.

Donc cette tenue, là, aujourd’hui, est la Tenue Kitsch 2.0 d’autrefois, avec un autre budget. Parce qu’au lieu de vieilles rangers, d’une jupe volée à Noz et d’un polo donné par une copine, j’ai monté en grade et tape du Dr Martens et Free People. Et même si c’est kitsch, même si ça ne correspond à aucun esthétisme et si ça montre trop de cuisse molle ou de genou abîmé, j’adore parce que ça rempli toujours le même pari.

Et si vous voulez du kitsch, du vrai, il y’a l’excellente et très complète Gazette du mauvais goût.

 

image

image

image

image

image

image

image

Pull Pepe Jeans – Robe Free People – Dr Martens 20 trous – Bague Lotta Djossou

image

Photographie de Une:  M’en fous.

Musique

3 Comments
  • Agathe
    Posté à 15:46h, 07 octobre Répondre

    Comme on pouvait s’y attendre, j’adore !

  • Eouzan.H
    Posté à 14:47h, 08 octobre Répondre

    Très très fan de cet article!! J’ ai pu reconnaître certaines que j’ avais ausis entendu à une époque ahah

  • Catherine
    Posté à 21:35h, 06 novembre Répondre

    Oh bordel tu as effectivement beaucoup de chance avec ton genou, car un staphylocoque doré ça déconne pas :O
    J’adore cette petite jupe ♡

Laisser un commentaire